29 décembre 2016

Il reste des citrons ?

Et paf un an !

Il y a un an je déclarais la ré-ouverture du blog et pendant un an : rien.

Je ne vais pas refaire le coup du "pas le temps" ... puisque c'est ... vrai.

La troisième année d'un enfant c'est du non-stop (j'ai déjà dit ça des autres années ?) et ce n'est finalement pas que le manque de temps mais surtout le manque d'énergie pour écrire qui m'a encore un peu éloigné du blog.

Alors je profite de l'absence de petit citron, parti en vacances dans la famille de Citronnelle, pour écrire quelques lignes.

En un an, il s'en est passé des choses pour la famille-pas-comme-les-autres : quelques frayeurs pour la santé de petit Citron, mais heureusement tout va bien maintenant et il n'en finit plus de grandir, de rire, de jouer, de nous faire tourner en bourrique le soir pour aller se coucher (normal quoi) ...
De plus, grand événement cette année : première rentrée scolaire !

Quoi d'autre ?

Ah oui, la famille s'agrandit avec un petit citron vert en cours de maturation ! (tiens c'est une idée de prénom ça Citronvert ...)

Allez, je reviens dans un an vous raconter tout ça (je ne peux décemment pas faire de promesses quant à l'entretien régulier de ce blog).

Au plaisir.

Papa Citron



23 décembre 2015

Et toi les amours ?

"Les amours ? Qu'est ce que c'est ? Je ne vois pas de quoi tu veux parler ..."

Voilà en substance la réaction d'un papa Citron qui jusque là n'a pas eu trop le temps de se consacrer à autre chose que découvrir le drôle de métier de parent. Du temps je n'en ai guère plus aujourd'hui mais il y a une petite voix au fond de moi qui me chuchote : "bon qu'est ce que tu fous ?".

Le temps passe, l'habitude de tout gérer seul est bien ancrée, mais l'envie de croiser la route d'un gentil garçon pour faire un bout de chemin ensemble refait surface. 

Quelques difficultés s'annoncent : rencontrer (on fait comment de nos jours ?), faire confiance, ouvrir sa porte (et son coeur), ... Et ce garçon que je ne connais pas encore aura un autre chemin à faire de son côté : être patient, accepter la situation, et bien sur trouver sa place dans cette limonade.

Cette question de l'arrivée potentielle (et souhaitée) de tiers dans la famille citron, nous l'avons peu abordé dans ce blog. Des choses à vivre, à expérimenter, à comprendre surement avant de pouvoir en parler sans gène. 

Il faut ici avouer que la vie de parent célibataire, même s'il s'agit d'un vrai choix de vie au départ, n'est pas facile tous les jours. Je suis sur que tous les parents séparés comprennent de quoi il en retourne. 

Ce que je comprends avec le temps c'est que pour "tenir" debout et continuer d'offrir à petit Citron un environnement heureux et sécurisant, c'est que ses parents doivent être heureux et épanouis. Comme disait Gainsbourg je crois, la vie ne vaut d'être vécu sans amour. C'est peut être un peu excessif mais pas loin d'être vrai. Il ne s'agit pas ici de prendre de "bonnes résolutions" pour 2016 mais seulement de garder à l'esprit que pour tenir "debout" c'est toujours mieux d'être deux. Et puis comme on dit plus on est de fous, plus on est de fous, non ? 



10 décembre 2015

Du soleil plein les bottes

C'est fait : je sature déjà de l'hiver qui n'est même pas là. Alors pour donner un grand coup de pied dans la routine, j'ai décidé hier entre deux trucs à faire au boulot que nous irions Petit Citron et moi faire un petit tour à la mer.
Je lui ai annoncé hier soir avant de dormir et ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd puisque dés le réveil ce matin j'ai eu le droit à une salve de "Aller à la mèeeeereuh Papa !". 
Nous voici partis vers l'Atlantique en ce jeudi matin avec un soleil qui pointait frileusement le bout de ses rayons au travers une brume blanche si belle en hiver. La récompense : manger des crêpes "au zambom et au socolat". Rassasiés nous voici de retour sur la plage avec un soleil qui a su persévérer pour cette fois ci nous chauffer le coeur (et le manteau). Difficile de quitter la plage car je suis préposé "à vie" à la construction de multiples châteaux qu'il est si drôle de détruire aussitôt dressés. Un petit détour par le port voir les bateaux puis reprendre la route en milieu d'après midi pour une bonne sieste (Petit Citron pas moi hein rapport que je conduis, bah oui je suis responsable quand même non mais oh) au son d'une playlist neo-folk. 
Oui je sais ça fait un peu récitation de primaire "Raconte ta journée à la plage" mais j'avais envie de partager cette petite capsule de bonheur qui réconcilie avec l'hiver qui approche. Voilà.
(merci à la fée de Cherbourg qui se reconnaîtra pour le titre de ce post que je lui ai emprunté).

Les citrons givrés vous saluent !


5 décembre 2015

On fait la couv' !

Oui nous faisons la couv' du numéro 761 de Marie-Claire sous le titre "On a fait un bébé entre amis" !
C'est maman Citronnelle qui témoigne et même en connaissant bien notre histoire j'ai été très ému par les mots retranscrits par la journaliste Laetitia Moller avec tact et justesse (selon Citronnelle car je n'ai pas pris part à l'entretien) . De jolis dessins illustrent également les discussions que nous avons eu avant de donner naissance à petit Citron et c'est très étrange de voir ainsi notre histoire devenir ainsi une sorte de roman graphique.
C'est en kiosque depuis le 3 décembre.



29 novembre 2015

Y'a des yaourts à tout !

Déclencher un fou rire apoplectique sur le détournement d'une chanson d'Anne Sylvestre en inventant des yaourts au caca et au pipi de chien, c'est la récompense d'une journée intense avec petit citron de 2 ans (inépuisable même la morve au nez) !
Chers amis parents, je vous le dis nous sommes des héros !

Papa Citron  



14 novembre 2015

Et maintenant on fait quoi ?

Non mon petit chat, nous n'irons pas voir la Tour Eiffel comme papa te l'avait promis pour fêter tes 2 ans, c'est la guerre.

23 octobre 2015

La drogue c'est mal

Et on aurait bien raison de me le dire à la lecture du rêve que j'ai fait cette nuit mais non je n'ai pas besoin de cigarettes qui font rire pour ça :

J'ai vécu un voyage interplanétaire avec bébé Citron dans un vaisseau spatial low-cost un peu rouillé.

Le paroxysme de l'action fut cette pluie de débris interstellaires (il me semble qu'il s'agissait d'une comète mais je n'ai pas bien vu ... à moins qu'il ne s'agisse d'une tempête solaire) qui secouait notre frêle embarcation. Je me souviens très précisément de tenir fort petit Citron contre moi pour tenter de le protéger un maximum. J'en ai encore le dos tout contracté rien que d'y repenser.

On se rassure, nous allons bien, nous sommes arrivés à bon port.

Inutile d'appeler la DASS je nierai tout !

Papa Citron